Panier

Service client Français 🇫🇷

–10% MAINTENANT AVEC LE CODE NOEL10

6 conseils pour réussir le Tour du Mont Blanc à pied sans guide

Plus connu sous le nom de TMB, le Tour du Mont Blanc s’avère l’un des sentiers les plus parcourus en France. Pour réussir l’ascension de ce sentier réputé, il est souvent conseillé de se faire accompagner d’un guide. Cependant, certains randonneurs en quête d’autonomie et de liberté préfèrent s’en passer. Si vous faites partie de ceux-ci, sachez que vous aurez besoin d’une certaine préparation logistique et technique pour réussir le Tour du Mont Blanc à pied sans guide. Voici donc 6 conseils qui vous seront d’une grande utilité.

Se renseigner sur le Tour du Mont Blanc

paysage de montagne avec une rivière en premier plan
La Vallée

Le Tour du Mont Blanc n’est pas une ascension qui s’appréhende à la légère. En effet, il implique un certain nombre d’éléments non négligeables. Pour espérer le parcourir sans encombre et en toute autonomie, il convient de bien vous renseigner. Vous devez notamment partir à la pêche aux infos, afin de dénicher les particularités de ce sentier. Les moyens qui peuvent vous aider à trouver ses informations sont multiples et variés. Vous pouvez, entre autres, consulter :

Le topo-guide du Tour du Mont Blanc

Consulter le topo-guide est l’un des meilleurs moyens d’en apprendre plus sur le Tour du Mont Blanc à pied. Élaboré par la Fédération Française de Randonnée (FFR), cet ouvrage recense la plupart des informations qui vous seront utiles dans votre voyage. En dehors de l’histoire de la région, il renferme les détails qui se rapportent aux diverses variantes et étapes du parcours (vallée, descente, lac, …). Vous ne manquerez pas d’en apprendre plus sur les potentiels passages techniques. Il faut dire qu’avec le topo-guide, vous allez aisément visualiser vos journées de marche.

Les cartes IGN

Dans le monde de la randonnée, les cartes IGN sont considérées comme des accessoires incontournables et intemporels. Actualisées au fil des années, elles vous donnent des informations précises et détaillées sur le Tour du Mont Blanc. Si le topo-guide vous est utile pour visualiser vos journées, les cartes IGN vous permettent plutôt de vous projeter sur votre itinéraire. En plus de vous aider à identifier votre itinéraire, elles relèvent les points culminants (villages, refuges, points d’eau…) de celui-ci. N’hésitez donc pas à consulter une ou plusieurs cartes IGN pour étayer vos informations.

Internet

L’évolution que connaît notre monde sur le plan digital est tellement grandissante que vous pouvez désormais avoir toutes les informations que vous recherchez en ligne. Pour mieux diriger vos recherches, vous pouvez vous rapprocher des :

Site officiel

Compte tenu de l’attention qu’il suscite, le Tour du Mont Blanc possède son propre site officiel. Très bien élaboré, celui-ci est une grande mine de renseignements. En dehors des informations qu’il recense, il renferme d’autres particularités. Par exemple, vous pouvez l’utiliser pour faire une réservation en ligne auprès de l’un des refuges de la région de Chamonix.

Blogs spécialisés

Sur internet, on peut retrouver plusieurs blogs spécialisés sur tout ce qui se rapporte au Tour du Mont Blanc. Véritable source d’informations, ces blogs éclaireront votre lanterne à travers quelques articles. Meilleurs itinéraires, bus, préparation, quel bagage prendre, équipements… sont autant de renseignements qui vous seront fournis.

Les forums

Avoir accès aux expériences d’autres randonneurs ne serait pas de refus, si vous envisagez de faire le Tour du Mont Blanc. Consultez donc plusieurs forums de randonneurs pour en apprendre plus sur ce sentier. Vous pouvez également soumettre vos préoccupations et profiter des lumières de quelques confrères aguerris.

Identifier la meilleure période

De manière générale, l’été est la période la plus conseillée pour faire le Tour du Mont Blanc à pied sans guide. Il faut dire que les autres périodes de l’année sont peu propices à l’activité. Lorsqu’il neige, les itinéraires sont ardus, voire impraticables sans les matériaux adéquats. Quant aux hébergements, ils sont pour la plupart fermés. Par conséquent, votre ascension doit être planifiée entre les mois de juin et de septembre. Bien entendu, plusieurs alternatives s’offrent à vous sur cette période.

Dès le mois de juin

Dès mi-juin, il est parfaitement possible de faire le Tour du Mont Blanc. À cette période, les températures sont fraîches, mais agréables pour de la randonnée. Étant donné que la fonte de la neige n’est pas encore totale, les itinéraires sont peu fréquentés. Si vous êtes un adepte de la tranquillité, vous allez profiter du calme apparent. Pour traverser les endroits où la neige persiste, vous avez besoin d’un équipement adéquat. Étudiez donc attentivement votre parcours.

En juillet

À partie de la seconde moitié du mois de juillet, la météo s’adoucit quelque peu. On remarque que les villages et autres hébergements sont en proie à un trafic intense. Cela est, en partie, dû à l’affluence d’une grande masse de randonneurs. Les itinéraires sont donc beaucoup plus empruntés. Si vous n’êtes pas friand des grandes foules, vous pouvez démarrer votre parcours plus tôt ou faire le tour des lieux en sens inverse (renseignez-vous pour les transferts). Quoi qu’il en soit, vous ne manquerez pas d’être satisfait, car c’est la meilleure période pour faire de la randonnée dans la région.

En août

À la mi-août, le trafic sur les itinéraires du Tour du Mont Blanc connaît une grande baisse. Bien que la température soit encore propice jusqu’à la mi-septembre, on dénote une faible affluence. Les hébergements sont peu occupés et on assiste à la fonte complète de la neige. L’atmosphère est donc sauvage et aventureuse à souhait. Cependant, il faut s’attendre à des moments d’ensoleillement relativement courts. Néanmoins, le temps est parfait pour un bon trekking sauvage. N’hésitez donc pas à faire votre choix.

Établir un bon itinéraire

2 randonneurs marchent dans une forêt sur un chemin boueux. ils sont équipés randonnée avec des sacs à dos de randonnée.
Choisir un itinéraire qui correspond à votre condition physique

Après s’être renseigné et avoir identifié une période, il convient d’établir un itinéraire pour votre parcours. Étant donné son importance, le Tour du Mont Blanc est miné de divers sentier. En fonction de vos attentes et besoins, il vous revient de choisir celui qui vous correspond le mieux. À cet effet, vous pouvez opter pour :

Un tour intégral

Grand classique de la région, le « tour intégral » est l’itinéraire le plus long et le plus emprunté par les randonneurs. Comme l’indique son nom, il vous permet d’explorer la totalité du Tour du Mont Blanc. Il peut s’effectuer sans guide et vous prendra 9 à 11 jours de marche. Le tour intégral est un itinéraire qui traverse trois territoires différents : l’Italie, la Suisse et la France. Il se décline en plus de 150 km et comprend des dénivelés qui s’étendent sur près de 10 000 m. Paysages, faune et flore, il vous offre la possibilité de découvrir le TMB dans toute sa splendeur.

Un tour partiel

Vous pouvez choisir d’explorer une partie du Tour du Mont Blanc. C’est une alternative plus rassurante, lorsque vous comptez faire abstraction d’un guide. Dans ce cas, il vous revient de choisir la portion qui vous intéresse le plus. Vous avez notamment la possibilité d’explorer en 4 jours l’itinéraire qui relie les Houches au Courmayeur. Sur ce sentier, vous pouvez avoir une vue splendide sur le Mont Blanc et les glaciers. Aussi, les alpages du Turc et le passage du col des Fours vont vous captiver. À cela s’ajoute le réputé Val d’Aoste.

Un tour en 7 jours

Vous ne souhaitez pas faire un tour partiel ? Mais, vous n’avez pas le temps de faire un tour intégral ? Dans ce cas, le tour en 7 jours est ce qu’il vous faut. Pour recourir à cet itinéraire, vous devez avant tout opter pour le sentier intégral. Dès lors, deux options s’offriront à vous. Dans un premier temps, vous pouvez effectuer votre parcours sans les premières et dernières étapes de la boucle intégrale. Dans un second temps, vous pouvez opter pour des transports en commun entre La Fouly et Champex. Peu importe le choix fait, vous avez en moyenne besoin de 7 jours pour boucler votre itinéraire.

Faire une réservation

À moins d’effectuer votre parcours en bivouac, vous avez besoin de loger quelque part. L’idéal est donc de faire quelques réservations, d’autant plus que vous vous passez d’un guide. Dans cette optique, deux grandes possibilités d’hébergement s’offrent à vous sur le Tour du Mont Blanc.

Les auberges et gîtes

Sur le Tour du Mont Blanc, on peut relever une panoplie d’auberges et gîtes. Comme on peut s’y attendre, la plupart de ces logements sont situés dans les villages de la région. En plus d’être très accessible, ils sont, pour la plupart, confortables. Beaucoup de randonneurs estiment que ce sont les meilleurs lieux de repos sur le Tour du Mont Blanc.

Cependant, pour être sûr d’en trouver, il est conseillé de réserver quelques semaines, voire mois à l’avance. Bien souvent, ces établissements affichent complet vers la fin du mois de février. Pensez donc à devancer vos congénères en évitant les réservations tardives. Vous pouvez notamment le faire en ligne pour vous simplifier la tâche.

Les refuges

Contrairement aux auberges et gîtes, les refuges sont souvent situés en montagnes. Ils sont très appréciés des randonneurs, car ils constituent des lieux de départ et d’arrivée acceptable. Vous devez donc les prendre en considération pour votre aventure. Généralement, les refuges sont des établissements qui proposent des hébergements en demi-pension.

La majorité vous proposera la nuit dans une petite chambre ou encore dans un dortoir. Les tarifs pratiqués comprennent souvent la restauration. Ainsi, vous avez droit à un repas revigorant pour la soirée. Souvent, il s’agit d’un plat à base de féculent ou d’une soupe riche en nutriment. Bien entendu, un dessert est attendu pour une bonne reconstitution des calories perdues dans la journée. Le petit déjeuner est également compris dans votre tarif.

À l’image des auberges et gîtes, les refuges affichent également complet très vite. Une réservation est donc préférable. Pour éviter les surprises désagréables, il est préférable de déclarer vos allergies lors de votre réservation. Pensez également à mentionner votre régime alimentaire, si celui-ci comporte des particularités.

Se conditionner physiquement

une femme avec des bâtons de marche, prend la pose sur les hauteurs de rocher. on aperçoit en fond la mer.
Une préparation physique est nécessaire

Le Tour du Mont Blanc est constitué de plusieurs dénivelés qui s’étendent sur plus de 10 000 m. Avant de vous aventurer dans cette région, il serait hautement présomptueux de ne pas vous conditionner physiquement. Dans les mois qui précèdent votre ascension, nous vous conseillons les activités suivantes :

Le vélo

Le vélo est une activité qui travaille particulièrement le cardio. Au rythme des coups de pédales, il agit sur vos capacités respiratoires. Vous devez donc envisager d’en faire régulièrement pour optimiser vos conditions physiques. Afin de commencer en douceur, faites des sessions d’environ 1 heure sur des surfaces plates. Au fil du temps, vous n’aurez qu’à allonger la durée de vos sessions pour accroître votre endurance. Parcourir quelques cols de montagnes à vélo vous aidera également à corser votre entraînement et permet de se préparer au Col Ferret.

Le footing

Tous les médecins s’accordent pour dire que le footing est un excellent moyen de booster l’endurance musculaire du corps. En travaillant votre cycle respiratoire, il améliore grandement vos conditions cardiaques. Si vous comptez faire le Tour du Mont Blanc à pieds, le footing est un bon entraînement pour vous. Programmez donc des séances régulières sur quelques semaines ou mois. En revanche, veillez à ne pas vous faire mal. Il serait déplorable d’avoir à reporter votre ascension, parce que vous aurez dépassé les limites de votre corps.

La natation

La natation est une activité très plaisante. Elle vous permet également d’optimiser votre endurance, tout en veillant sur l’état de vos articulations. De manière générale, c’est un sport très complet. Elle permet de travailler simultanément toutes les parties de votre corps. C’est sans compter qu’il présente moins de risques en comparaison avec les autres formes d’activités. En effet, vous n’avez quasiment aucune chance de vous blesser en vous y adonnant. Faire plusieurs séances de natation avant votre exploration ne manquera donc pas de vous mettre dans les meilleures conditions physiques possible.

La randonnée

Quoi de mieux qu’une randonnée pour se préparer physiquement à une autre randonnée. Pour un conditionnement efficace, il est fort avantageux d’effectuer régulièrement quelques sessions de randonnée. Optez pour des terrains variés à chaque expérience, et augmentez progressivement le degré de difficulté. Pour habituer votre corps aux séjours en montages, faites des randonnées de deux à trois jours. Bien entendu, une telle alternative implique certaines contraintes. Si vos conditions de vie ne vous le permettent pas, contentez-vous alors des activités présentées plus haut.

Bien s’équiper pour son parcours

Envisager de faire le Tour du Mont Blanc à pied sans guide implique une certaine préparation. Vous devez, entre autres, vous équiper des accessoires et instruments requis pour ce genre d’aventure. Dans le meilleur des cas, vous êtes tenu d’avoir au moins :

Un sac de randonnée

Le sac de randonnée est l’accessoire le plus important pour une exploration réussie. Ainsi, vous devez acheter un sac adapté aux parcours en montagne. Il doit être de bonne qualité et démontrer une bonne résistance. Si vous envisagez de séjourner dans un refuge ou dans une auberge, un sac de 35 à 40 litres devrait suffire.

Des bâtons de randonnée

Les bâtons de randonnée sont des outils qui optimisent la répartition du poids de votre corps et de votre sac. En plus de dynamiser votre marche, ils vous permettent de conserver un rythme d’ascension stable et constante. Pour plus de praticité, choisissez des bâtons de randonnée pliables.

Une casquette et une paire de lunettes de soleil

Bien qu’elles soient basiques, la casquette et la paire de lunettes de soleil sont des équipements qu’il ne faut guère négliger. Pendant vos heures de marche, ce sont elles qui vous protègent des insolations. Mettez donc tout en œuvre pour les avoir dans vos effets.

Les chaussures de marche

Pour une bonne randonnée, il convient de se munir d’une chaussure de marche adaptée. À cet effet, les montantes à tiges hautes sont les chaussures les plus conseillées. Si elles peuvent sembler lourdes, elles offrent néanmoins une protection optimale.

Des pastilles purificatrices

Le poids est l’un des principaux ennemis du randonneur. Au lieu d’alourdir votre sac avec une énorme quantité d’eau, il serait plus judicieux de vous servir sur place. Gardez donc des pastilles purificatrices, afin de désinfecter l’eau que vous trouverez sur votre chemin.

Une carte et une boussole

Dans la logique où vous ne comptez pas avoir de guide, vous devez avoir des équipements qui vous indiquent exactement où vous êtes. Il est donc indispensable que vous ayez une bonne carte et une boussole fonctionnelle à votre disposition.

Une trousse médicale

En randonnée, on peut se blesser ou se faire mal rapidement. Dans ces cas, avoir une trousse médicale peut s’avérer très utile. Rendez-vous alors en pharmacie pour vous en procurer une. Faites attention à ne pas vous encombrer pour autant.

Le tour du Mont Blanc à pied sans guide : en résumé

Vous êtes dorénavant prêt à effectuer le Tour du Mont Blanc à pied sans guide. Les divers conseils prodigués plus haut devraient fortement vous aider dans votre quête. Mettez tout en œuvre pour les suivre et les respecter. À défaut d’avoir un guide pour vous aider, vous pouvez vous accompagner d’un ami ou d’un membre de votre famille. Ainsi, vous ne vous sentirez pas seule lors de votre parcours. Peu importe la décision que vous prenez, tâchez au moins de vous régaler.