Panier

Service client Français 🇫🇷

Livraison gratuite à partir de 50€ d’achat

Comment choisir son vélo de randonnée ?

Faire du vélo est une activité sportive qui offre assez de bienfaits. C’est justement ce qui explique le grand engouement qu’il y a autour de ce moyen de déplacement. Si certains s’en servent juste pour de petits tours, d’autres le préfèrent pour des randonnées. Cependant, celles-ci étant une promenade de longue distance, il est indispensable de choisir avec soin le type de vélo et l’équipement qui doivent l’accompagner. Si vous avez le programme d’aller en voyage à vélo, vous trouverez les éléments sur comment choisir son vélo de randonnée.

Définir son itinéraire

La randonnée à vélo fait allusion à la pratique du vélo de loisir sur une durée variable de quelques heures à plusieurs jours. Il peut s’étendre sur plusieurs milliers de kilomètres, et ce, à travers plusieurs pays.

Une randonnée, qu’elle soit à vélo ou à voiture, se prépare. Il s’agit d’une étape inviolable dans le processus si vous tenez à le réussir. Cependant, plus le moyen de déplacement est faible, plus la préparation doit être de qualité. Pour une randonnée à vélo, vous devez commencer par définir les zones à visiter. Cet exercice doit prendre en considération l’état des voies.

Par exemple, il faut savoir si les voies sont bitumées ou non ou encore se renseigner sur la nature des pentes. Cela peut impacter toutes vos décisions comme le choix des pneus et du système de freinage de votre vélo. Pour réussir cet exercice, vous pouvez vous servir d’une carte, prendre des renseignements, etc.

Apprendre au sujet des caractéristiques d’un vélo de randonnée

vue sur l'arrière d'un vélo sur lequel est assis un cycliste qui pédale sur une route en terre dans la nature.

Avant de choisir un vélo de randonnée, il est indispensable d’apprendre à mieux le connaître. Tout d’abord, vous devez comprendre ce qui fait la différence avec ce type de vélo. C’est le fait qu’il doit porter une charge non négligeable, et ce, sur une longue distance. Ainsi, le cadre de trekking du vélo se doit d’être rigide afin de ne pas créer du zigzag pendant le pédalage.

Il est également capital pour les roues (avant et arrière) de rester alignées sous la charge des bagages. Pour ce faire, la rigidité représente un critère de choix. Il peut s’avérer dangereux d’opter pour un vélo de randonnée avec un cadre non rigide ou mou. Il aura tendance à basculer vers l’arrière. Pire, il serait très sensible à l’augmentation de vitesse surtout avec les bagages attachés de part et d’autre.

Outre la rigidité du cadre, celle du boîtier de pédalier est tout aussi importante. Le pédalage agit directement sur la chaîne et, par conséquent, sur le boîtier au complet. Celui-ci risque de tourner sur lui-même s’il manque de rigidité. Avec un bon cadre, non seulement vous économisez de l’énergie mais chaque étape du voyage sera une vraie partie de plaisir.

A lire également : Comment préparer un trek ?

Quel cadre choisir ?

Pour choisir le cadre idéal pour votre vélo de randonnée, vous devez tenir compte du matériel de fabrication. En effet, les cadres de vélo de voyage sont formés à base de divers matériaux comme l’acier, des combinaisons de l’aluminium avec d’autres métaux. Les cadres en acier sont presque inexistants, car c’est un métal très cher et trop puissant pour un vélo.

Le cadre en aluminium

L’aluminium est un matériau courant dans la fabrication des cadres de vélo. Son alliage avec d’autres matériaux permet d’obtenir le poids, la résistance et la rigidité nécessaire. Il est tout aussi abordable en thème de prix. Mieux, l’aluminium ne rouille pas et il est relativement léger par rapport à l’acier.

Le cadre en acier

L’acier est un métal tout à fait particulier. Il est élastique et doté d’une résistance extraordinaire. Il n’y a pas mieux pour un vélo que d’avoir un cadre en acier. En effet, le cadre en acier ne se casse pas d’un coup. Il est capable d’encaisser des chocs assez violents sans se briser. Il peut se déchirer petitement à cause de son élasticité. L’acier est très sensible à la corrosion. Il doit donc toujours être protégé d’un revêtement. Il est recommandé de traiter avec diligence toute rayure profonde au risque de perdre à tout jamais son cadre.

Par ailleurs, les cadres en acier sont irréparables à la soudure. Même si de vieux conservateurs soutiennent le contraire, il très difficile voire impossible de trouver un professionnel capable de refaire la soudure d’un cadre en acier. Lorsque votre cadre en acier se casse, vous pouvez commencer par penser à comment acheter un nouveau vélo.

La rigidité et le confort

Comprendre le rapport entre la rigidité du cadre d’un vélo de randonnée et le confort est très important. Sachant que le confort provient du mouvement vertical, il faudra veiller aux éléments qui y contribuent. Il s’agit entre autres :

  • des pneus ;
  • de la selle ;
  • de la tige de selle ;
  • du guidon ;
  • des fourches, etc.

Pour bénéficier du confort qu’offre le vélo, il faudra tout de même mieux apprendre au sujet de la géométrie du cadre.

La durabilité

Les constructeurs pour la plupart travaillent sur ce concept, ce qui limite les cas de ruptures de cadre. Lorsque ça arrive, elles sont souvent provoquées par des phénomènes accidentels liés à une erreur de fabrication ou des facteurs extérieurs. Entre autres déterminants, il y a la rouille, une collision, des rayures négligées, des fissures, etc. Les endroits les plus exposés aux tensions de crête transitoires sont notamment les parties où plusieurs forces se côtoient. Il s’agit très souvent des points de soudures entre les tubes du cadre.

Il y a également les portes bagages qui peuvent céder sous le poids d’une grande charge. En effet, lorsque la force à exercer sur la surface des portes bagages et autres est supérieure à la solidité de celles-ci, elle peut se fissurer. Ainsi, de plus en plus de concepteurs de cadres prennent en compte cet aspect et misent sur des matériaux de grande qualité. Ils renforcent également les méthodes de fabrication afin que la répartition des forces se fasse dans toutes les directions.

La transmission

Constituée de l’ensemble des pièces qui permettent de faire avancer le vélo, la transmission est composée du pédalier, de la chaîne et des pignons. C’est pour ainsi dire, la partie la plus technologique du vélo. En tant que tel, même une transmission d’entrée de gamme devrait tenir le coup. Le plus important avec la transmission, c’est la manière dont vous la manœuvrez. Cependant, avant de choisir, vous devez vérifier les rapports qu’elle offre. Avec un rapport de 3 plateaux 22/32/44 et un disque de 9 ou 10 vitesses, vous pourrez prendre aisément n’importe quelle montée.

Par ailleurs, vous pouvez opter pour le plafond de gamme. Il vous faudra cependant prévoir la cagnotte financière qui va avec. En outre, la transmission de vélo s’entretient régulièrement. Si vous ne penchez pas pour les modèles conventionnels, vous mettez le prix pour une technologie de cycliste professionnel.

Optez pour des roues solides

Pour les vélos de randonnées, certains concessionnaires vous demandent si vous faites du 26 ou du 28. La raison est que la question du choix des roues du vélo doit vous préoccuper autant que celle du cadre. Les roues doivent être solides avec une force de tension aussi rapide que possible. Le 26 est plutôt recommandé pour diverses raisons.

Avec du 26, vous pouvez facilement monter des pneus plus larges, ce qui constitue un aspect capital pour de la randonnée. Il permet au cycliste et même à l’engin de dépenser moins d’énergie. Le vélo gagne en stabilité surtout sur les routes escarpées. De façon claire, une roue de 26 pouces sera moins exposée. Les rayons sont relativement courts ce qui les empêche de tordre facilement.

Veiller à la fiabilité des freins

Vous n’êtes pas sans savoir que les freins occupent une place non négligeable sur un vélo qu’il soit de randonnée ou non. Toutefois, pour la randonnée, il existe certains modèles qu’il vaut mieux éviter. Les Rollerbrakes ou freins de tambours ne sont pas adaptés aux vélos de randonnées. Il est conseillé d’opter pour un système de freins sur jante. En effet, ce système de freinage encombre moins les rayons. Contrairement au système de freinage à disque qui peut facilement lâcher sous la chaleur dans les grandes descentes.

Quoi que recommandé, les V-brakes, c’est-à-dire les freins sur jantes ne sont pas sans inconvénients. Avec le temps, ils peuvent user la jante. Néanmoins, ils jouent bien leur rôle et coûtent moins chers. Si vous avez racheté une randonneuse en occasion, veillez à ce que les surfaces de freinage des jantes ne soient pas trop creuses.

Notons que le système de freinage le plus adapté reste le freinage patins sur jante hydraulique. Même sous la pluie, ce système reste opérationnel et très précis. La raison est que le circuit hydraulique étanche basse pression de la randonneuse ne souffre ni de saleté ni d’humidité. De ce fait, l’expérience de freinage s’avère plaisante avec une vitesse de précision extraordinaire. Les plaquettes sont faciles à remplacer avec une durée de vie très intéressante.

Quel type de fourche choisir ?

Le type de fourche à choisir pour votre vélo de randonnée est à prendre au sérieux. En réalité, les vélos à fourche suspendue sont plébiscités. Cependant, ils présentent des limites non négligeables. Ils encaissent les chocs les plus importants et maintiennent les petites vibrations. Inversement à l’opinion répandue, la suspension n’offre aucun confort au vélo. Au contraire, elle augmente son poids et le coût de son entretien. Pire, la fourche bouge en permanence et peut donc se briser plus facilement.

C’est presque le même cas avec les tiges de selles télescopiques. Vous devez donc miser sur de bonnes qualités de pneus (plus épais, et plus rond) ; des poignées ergonomiques ; la selle et les pédales pour amortir les plus petites vibrations.

devant un paysage de montagnes, au lever du soleil, un randonneur à vélo pédale sur son vélo. il porte un casque de vélo, un sac à dos rouge, un short foncé et un haut à manches longues orange.

Choisir le meilleur guidon pour vous

Le choix du bon guidon est tout aussi capital lorsque vous allez en voyage à vélo. Les cintres recommandés pour ce genre d’activité sont le:

  • guidon plat avec poignées ergonomiques ;
  • guidon de route ;
  • cintre papillon.

Puisqu’il vous faudra pédaler pendant de longues heures, ces guidons permettent d’éviter au maximum les fourmillements et les douleurs dans les muscles du bras. Mieux, l’ergonomie des poignées vous permet de continuer votre randonnée sans être contraint de changer de position de main.

Trouver la selle confortable pour vous

Il est capital de choisir avec soin la selle de la randonneuse. En effet, la question de selle étant liée à la morphologie de chaque cycliste, vous devez tester quelques jours à l’avance la vôtre avant de vous mettre en route. Il est d’ailleurs déconseillé d’aller en randonnée vélo avec une selle tout à fait neuve. Il existe par ailleurs divers types de selles.

Les selles synthétiques

Elles sont conçues à la base pour le cyclotourisme. Vous comprenez que le choix des matières doit avoir été fait avec grand soin. Vous trouverez des selles comme la SMP TRK qui est beaucoup adulée par les amoureux du cyclisme. C’est une bonne idée de les essayer.

Les selles en cuir

Pour les connaisseurs, vous avez probablement déjà entendu parler de Brooks, c’est la selle en cuir ayant le vent en poupe actuellement. L’engouement des cyclistes pour les selles en cuir n’est plus à démontrer. En effet, bien qu’elle craigne l’eau, la selle en cuir est l’une des meilleures qui s’adaptent très facilement à votre forme. Toutefois, il faut un peu de patience pour passer le temps de sa grande rigidité en début d’utilisation.

Les selles en gel

Quoi que confortables, les selles en gel sont très mal adaptées pour de longues distances. La raison est qu’après un certain temps d’utilisation, le gel compresse et donne une sensation d’inconfort. Néanmoins, vous pouvez bien en profiter sur de courtes distances.

Faire attention à quelques accessoires indispensables

devant un paysage de montagnes enneigées, un cycliste randonne sur son vélo. Il est équipé de la tête au pied en rouge avec un sac à dos rouge et un casque à vélo.

Même si vous n’êtes qu’à vélo, il vous faut un minimum de confort et de garantie de sécurité. Pour ce faire, après avoir choisi votre vélo de randonnée, c’est le moment de l’équiper des accessoires nécessaires à cet effet. Vous partez pour plusieurs jours, vous pourrez bien avoir une panne dans une zone éloignée des habitations, une réparation sera donc nécessaire. Certains éléments seront donc nécessaires.

Par ailleurs, il est tout aussi vital de veiller à la qualité de vos accessoires. Votre sécurité en dépend. Voici quelques indispensables à prendre sur vous.

Un compteur kilométrique

Le compteur kilométrique vous sera d’une grande utilité en randonnée vélo. Tout d’abord, il vous permet de faire un suivi régulier de votre objectif journalier en matière de nombre de kilomètres à atteindre. Par conséquent, vous en avez besoin pour tenir un journal de bord. Ensuite, grâce au compteur, vous savez ce que vous pouvez faire comme distance par jour. Vous pouvez dès lors vous évaluer en toute objectivité. Pour finir, ça fait plaisir de voir le compteur tourner au fur et à mesure que vous allez de l’avant. Il s’agit d’une réelle source de motivation sur ce parcours qui peut paraître bien long.

Le support smartphone

Si vous comptez faire usage d’un GPS pendant votre voyage à vélo, il vous faudra forcément cet accessoire : le support smartphone. Il vous permet en effet de maintenir le téléphone mobile en place sur le vélo. Il est pratique et simple à porter.

Le porte bagage de la randonneuse

Le porte bagage comme son nom l’indique est un accessoire qui vous permet de porter vos bagages facilement sur le vélo. Il en existe de diverses formes et modèles. Les plus courants ne sont compatibles qu’avec les VTT. De ce fait, il est essentiel de veiller à ce qu’il soit vraiment conciliable avec votre vélo de randonnée.

Le rétroviseur, un avantage de sécurité

Le rétroviseur est un véritable atout de sécurité. Que vous soyez à deux ou seul, il vous permet de vérifier l’état de la circulation derrière vous. C’est encore plus important si vous devez effectuer un virement d’un côté vers un autre sur la route. Vous pourrez voir si une voiture arrive après vous ou pas et pourrez facilement l’éviter.

En outre, si vous faites une randonnée à deux, le rétroviseur vous permet de vous assurer de temps en temps que votre compagnon vous suit. Mieux, vous pouvez vous encourager mutuellement en vous souriant via le rétro.

Comment choisir son vélo de randonnée : en résumé

Que ce soit pour relever un nouveau défi, pour réaliser une performance sportive ou aller simplement en découverte, la randonnée à vélo représente une initiative passionnante et bienfaisante. Cependant, comme toute activité, elle comporte des risques. Il est donc nécessaire de penser à les minimiser en préparant soigneusement votre projet. Ceci passe par un choix conséquent de votre vélo de randonnée. A cela s’ajoutent certains accessoires qui faciliteront le trajet. Il faudra par exemple une boite à outils en cas de panne. Prenez donc le temps nécessaire de vous assurer de disposer de tout le nécessaire avant le départ.

Que pensez-vous des différents critères à prendre en compte dans le choix de votre randonneuse ? Il y a-t-il d’autres aspects que vous jugez indispensables dans l’exercice du choix de son vélo de randonnée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.